Moustique > Moustique tigre

Moustique tigre

Originaire d’Asie du Sud-Est, le moustique tigre, de son nom savant « Aedes albopictus », a été repéré dans le sud de la France dès 2004. Sa faculté d’adaptation lui a permis de coloniser une soixantaine de pays et de se répandre très vite en France métropolitaine, y compris dans certains départements septentrionaux. La piqûre de ce moustique peut provoquer des maladies invalidantes. Pour s’en protéger au mieux, des précautions indispensables s’ajoutent aux mesures prises par les pouvoirs publics.

Comment reconnaitre à coup sûr un moustique tigre ?

Toutes les astuces pour être sûr d’avoir fait la rencontre d’un moustique tigre…

Où est présent le moustique tigre en France en 2020 ?

Le moustique tigre est désormais implanté en France métropolitaine, les départements concernés.

Quelles maladies transmet le moustique tigre ?

Le tigre transmet plusieurs maladies et virus tels que la dengue, le chikungunya et le zika.

Moustique tigre : quels sont les symptomes ?

Découvrez tous les symptômes liés à la piqûre d’un moustique tigre.

Que faire en cas de piqûre du moustique tigre ?

Vous vous êtes fait piqué, le mal est fait ! Voici les bonnes choses à faire suite à cette piqure.

Larves de moustique tigre : prévenir leur apparition, les tuer

Toutes les solutions pour prévenir l’apparition des larves de moustique tigre et les tuer si elles sont déjà implantées.

Comment se protéger des moustiques tigres ? Les tuer ?

Toutes les astuces pour se protéger de la manière la plus efficace qui soit des moustiques tigres. Les tuer s’ils sont implantés.

A quoi ressemble une piqûre de moustique tigre ?

La description complète d’une piqure de moustique tigre.

Comment éloigner les moustiques tigres ?

Toutes les solutions pour éloigner autant que possible les moustiques tigres de votre entourage.

Piège à moustique tigre : lequel acheter ? le fabriquer vous-même ?

Le pièce à moustique tigre est l’arme ultime pour se préserver de la piqure de ces derniers.

Les questions les plus posées :

😱 Est-ce que le moustique tigre peut tuer ?

Les maladies tropicales comme le chikungunya et le zika engendrent des douleurs musculaires et une éruption cutanée, mais ne sont pas mortelles. Chez la femme enceinte, le zika peut provoquer une malformation congénitale. La dengue, quant à elle, est dangereuse pour les individus vulnérables. Protégez-vous !

🗺️ Ou est présent le moustique tigre ?

Originaire d’Asie, le moustique tigre se distingue par ses pattes noires et ses rayures blanches. Il s’installe désormais dans la moitié du territoire français. On le trouve dans les départements de la façade atlantique nord, les départements du centre et les zones du sud. Le moustique tigre est également actif sur les territoires de l’Ain et du Rhône. Une carte de sa présence est désormais consultable sur notre site.

🧐 Comment reconnaître à coup sûr un moustique tigre ?

Un moustique tigre mesure entre 0,5 et 2 millimètres de long au maximum. Sa robe est rayée noire et blanche voire même légèrement pailleté d’argent. Tous les détails sur ce moustique sont à consulter ici.

Comment reconnaître ce fameux moustique tigre ?

Le moustique tigre est plus petit que l’espèce commune. Comme il mesure à peine 5 mm, il est assez difficile à observer. Si vous y parvenez malgré tout, vous serez frappé par les rayures blanches qui strient son corps très noir et ses pattes. C’est surtout ce point qui le distingue de ses congénères.

moustique tigre

Le moustique tigre n’est pas très véloce. Son vol lent, un peu pataud, en fait une victime toute désignée. En effet, ce comportement le rend assez facile à tuer. Ce qui ne l’empêche nullement d’être agressif; il essaiera de vous piquer quoi qu’il lui en coûte. Ce moustique est surtout actif le matin, au lever du jour, ou en fin de journée.

Si, une fois couché, vous entendez vrombir un moustique dans votre chambre, il est donc peu probable qu’il s’agisse du moustique tigre. C’est le jour qu’il vous réserve ses piqûres les plus cuisantes. De même, il sera surtout présent, sous nos latitudes, entre mai et novembre.

Le moustique tigre recherche la présence de l’homme, à l’activité duquel il s’est parfaitement adapté. La femelle, qui est la seule à vous piquer, a en effet besoin de votre sang pour pondre ses œufs. De fait, il lui apporte les protéines nécessaires. C’est bien pourquoi on trouve surtout le moustique tigre dans les concentrations urbaines. Là, il s’établit dans tous les réceptacles d’eaux stagnantes qu’il peut trouver.

Tout lui est bon pour s’installer et pondre ses œufs, coupelles, objets abandonnés, soucoupes de pots de fleurs, vieux pneus ou trous d’arbres. C’est au contact de ces eaux stagnantes que ses œufs éclosent, donnant naissance à des larves. Durant la journée, le moustique tigre apprécie la fraîcheur des haies et arbustes de votre jardin.

Il ne faut pas confondre le moustique tigre, ou « Aedes albopictus », avec un moustique qui lui ressemble beaucoup, l' »Aedes aegypti ». Ce dernier, originaire d’Afrique, possède, sur le thorax, un dessin très caractéristique, en forme de lyre. Également vecteur de maladies, l ‘ »Aedes aegypti » peuple aujourd’hui de nombreuses régions tropicales, et on le trouve en particulier dans certains territoires ultramarins de la France, dont les Antilles, la Guyane, la Polynésie française et la Nouvelle-Calédonie.

Comment signer sa présence ?

Vous venez de faire la rencontre d’un moustique tigre, pour signaler sa présence, rien de plus simple, cliquez sur le bouton ci-dessous afin d’être redirigé vers le site référent de l’anses.fr.

La propagation du moustique tigre en France

C’est en 2004 que le moustique tigre, originaire d’Asie, a été localisé pour la première fois en France métropolitaine. On en a trouvé des spécimens près de la ville de Nice. À partir de là, sa propagation sur le territoire national est très rapide.

D’après la carte de répartition mise au point par les autorités sanitaires, le moustique tigre serait présent, en 2019, dans pas moins de 66 départements. En fonction de la densité d’occupation des moustiques, les départements concernés sont classés en niveaux de vigilance.

C’est ainsi que 51 départements étaient placés en vigilance rouge, ce qui signifie que, dans ces territoires, le moustique est bien installé et se montre très actif. Les pouvoirs publics considèrent que, en 2019, plus de la moitié de la population française était exposée à la piqûre du moustique tigre. Des hivers cléments et une chaleur précoce peuvent accélérer la propagation de ces insectes.

Cette diffusion très rapide témoigne du caractère invasif d’une espèce qui est présente aujourd’hui dans les cinq continents. La propagation est favorisée par l’essor des échanges internationaux, mais aussi par les effets du réchauffement climatique. Les températures élevées conviennent en effet au moustique tigre, et c’est dans les périodes de forte chaleur qu’il est le plus actif.

Si la présence de cet insecte se manifeste dans de nombreux départements, c’est aussi pour des raisons d’endurance. S’il aime la chaleur, il s’accommode aussi bien de la sécheresse et ses œufs résistent même au froid. Cette étonnante capacité à s’adapter à la plupart des environnements est sans doute une des raisons essentielles de la rapide extension de l’espèce.

Il est encore à noter que, si le moustique tigre se sent à l’aise partout, c’est qu’il ne manque jamais de proies. En effet, s’il s’attaque à l’homme, cet insecte pique aussi les animaux, mammifères ou oiseaux notamment.

Un moustique porteur de maladies

La piqûre du moustique tigre n’est pas toujours anodine. Elle peut provoquer, dans certains cas, une inflammation ou des réactions allergiques. Mais elle peut aussi transmettre à l’homme les virus de maladies assez graves, comme le chikungunya, la dengue et le zika.

Source : solidarites-sante.gouv.fr

La propagation de ces maladies s’opère de deux manières. Certaines personnes contractent le virus à l’étranger et, à leur arrivée en France métropolitaine, le transmettent à d’autres personnes. La transmission s’effectue par le truchement du moustique, qui prélève le virus sur une personne infectée et le transmet à une personne saine.

Par ailleurs, les premiers cas de personnes infectées en métropole même par des moustiques tigres remontent à 2010. Depuis, ils se sont multipliés pour atteindre environ une centaine de cas.

Le chikungunya est l’une des maladies transmises par le moustique tigre. Elle s’attaque aux articulations, des poignets, des chevilles ou des genoux. Cette atteinte se révèle souvent très invalidante. La maladie se manifeste aussi par des douleurs, des maux de tête, des éruptions cutanées et des saignements de gencives. Dans certains cas, plus rares, le malade peut même souffrir de troubles neurologiques graves.

Transmise également par le moustique tigre, la dengue est une maladie signalée en Martinique, en Guadeloupe, ainsi qu’à La Réunion, à Mayotte ou dans les îles françaises du Pacifique. Les cas constatés en France métropolitaine sont donc surtout importés, mais on a déjà répertorié des cas autochtones, notamment dans le sud de la France.

En dehors des douleurs articulaires, les signes par lesquels se manifeste la dengue sont assez comparables à ceux du chikungunya. Souvent assez bénigne, la dengue peut cependant prendre des formes invalidantes et se traduire par de graves hémorragies, avec des complications hépatiques ou cardiaques.

Enfin, le virus zika peut, lui aussi, être transmis par le moustique tigre. Répandu en Afrique et en Asie, apparu en Amérique latine, ce virus peut être importé en France métropolitaine. À la fin de l’année 2019, quelques cas autochtones ont même été relevés. Fièvre, éruptions cutanées, maux de tête et douleurs, musculaires aussi bien qu’articulaires, sont les principaux symptômes d’une maladie qui, assez souvent, ne se déclare pas ou reste relativement bénigne. Cependant, le virus zika, s’il atteint le fœtus, peut provoquer une grave malformation chez l’enfant.

L’embryon est d’ailleurs très sensible à l’ensemble des maladies transmises par le moustique tigre. Elles peuvent toutes entraîner des risques de malformation. De même, les nourrissons sont très vulnérables à ces piqûres de moustiques tigres, qui peuvent, dans certains cas, entraîner des complications neurologiques.

Des mesures de prévention

Le sang prélevé dans vos veines et la présence de petites réserves d’eaux stagnantes vont permettre aux moustiques tigres de se propager à une rapidité impressionnante. Aussi, quand ces insectes se seront installés dans votre jardin, aurez-vous le plus grand mal à les en déloger.

Si, malgré tout, vous voulez y parvenir, le mieux est de commencer par des mesures de prévention très simples. Il est essentiel, en premier lieu, de vous débarrasser de tout ce qui pourrait contenir de petites flaques d’eau stagnante. Videz ainsi les pots, les seaux ou les bidons qui pourraient en contenir.

Source : ars.sante.fr

Si vous possédez des réservoirs d’eau, pensez à les couvrir. Taillez aussi vos haies et éclaircissez vos massifs, pour éviter qu’ils ne donnent abri aux moustiques. Veillez à ne pas faire de plantation trop près de la maison et bannissez les plantes grimpantes sur les murs.

Se protéger contre le moustique tigre

Malgré toutes ces précautions, les moustiques tigres peuvent encore s’en prendre à vous. Il faut donc, dans un second temps, vous protéger contre leurs attaques.

Pour cela, certaines précautions très simples sont d’abord à prendre. Vous pouvez notamment couvrir bras et jambes de vêtements assez longs.

Il existe également de nombreux sprays et crèmes anti moustiques. Mais ils ne sont pas recommandés pour les femmes enceintes et les enfants âgés de moins de 30 mois. Dès l’âge de six mois, il existe cependant des produits anti moustiques spécialement conçus pour les jeunes enfants, qui ne contiennent aucun composant chimique. Certaines huiles essentielles, aux vertus répulsives, peuvent être également diffusées dans l’atmosphère, sans danger pour les enfants.

Il est possible d’attacher au bras de votre enfant un bracelet répulsif, souvent à la citronnelle, dont l’efficacité est parfois relative. Quand votre enfant va se coucher, vous pouvez également disposer une moustiquaire au-dessus de son lit.

Il existe également des modèles enroulables, à placer sur les fenêtres. Les répulsifs sont disponibles sous d’autres formes: les spirales, les bâtonnets ou les lampes anti moustiques ont chacun leurs vertus. Certains modèles sont spécialement conçus pour combattre les moustiques tigres.

L’utilisation de prises anti moustiques ne semble guère utile dans le cas du moustique tigre. En effet, cet insecte est surtout actif dehors et durant la journée. Malgré tout, ces prises, installées dans le salon ou la chambre, peuvent vous débarrasser des quelques moustiques isolés qui ont pu s’aventurer dans votre intérieur. Par ailleurs, ces prises diffusant des produits chimiques, elles doivent être utilisées avec précaution, notamment si vous avez des enfants.

De même, les moustiques sont censés détester certaines plantes, comme la citronnelle, le basilic ou encore le thym. Vous pouvez donc en disposer sur votre terrasse, même si l’efficacité de ces plantes sur le moustique tigre reste encore à démontrer.

L’action des pouvoirs publics francais

Face à la prolifération du moustique tigre, les pouvoirs publics et les autorités sanitaires prennent des mesures spécifiques.

Elles passent d’abord par un effort d’information. Les autorités sanitaires concernées renseignent en priorité les professionnels de santé, les habitants des zones plus touchées ou encore les voyageurs en provenance de pays infestés. Selon le public à qui elles s’adressent, ces informations portent sur les habitudes des moustiques tigres, les dangers que présente leur piqûre ainsi que les moyens de s’en protéger.

Par ailleurs, les départements, puis les régions, ont mis en place des organismes chargés de la lutte contre la propagation des moustiques, et notamment de l’ « Aedes albopictus ». Ils s’attachent avant tout à la démoustication des zones humides, plus favorables que d’autres au développement des moustiques.

Pour démoustiquer des prés ou des bois inondés, à la suite de fortes précipitations ou même de crues de cours d’eau, les agents utilisent des produits spécifiques. Ils détruisent en effet les larves des moustiques tigres, sans mettre en danger la faune et la flore.

Quand un risque sanitaire, lié à la transmission des virus par les moustiques, se révèle dans une zone donnée, les pouvoirs publics concernés, État et collectivités locales, se donnent les moyens d’enrayer la transmission du ou des virus.

Pour opérer la démoustication, dans le secteur délimité, les agents mandatés utilisent des appareils appelés nébulisateurs, qui pulvérisent, sous la forme d’un léger brouillard, les produits devant éradiquer les moustiques tigres. Ces produits, qui sont souvent d’origine naturelle, font l’objet d’une autorisation en bonne et due forme.

Par ailleurs, l’État a mis en place, en 2006, un plan national destiné à éviter la dissémination des maladies transmises par le moustique tigre. Ce plan prévoit notamment de surveiller la présence des insectes et l’existence de zones touchées par ces maladies. Cette surveillance se traduit par la mise en œuvre éventuelle de niveaux d’alerte, gradués de 0 à 5.

Le premier niveau signifie l’absence du moustique tigre. De son côté, le déclenchement du dernier niveau signifie que l’insecte est bien implanté et très actif, mais aussi qu’une épidémie est constatée, sur une zone assez vaste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *