Moustique > Se protéger des moustiques > Spray anti moustique : Vraiment efficace ? Lequel acheter ?

Spray anti moustique : Vraiment efficace ? Lequel acheter ?

Au vu de la nuisance que représentent les moustiques pendant les vacances, et de la menace qu’ils peuvent constituer dans certaines régions, il est important de se munir d’un produit capable de s’en protéger efficacement. Le marché est aujourd’hui inondé de produits anti-moustiques différents en termes d’utilisation, de composition et de concentration. Certains de ces produits sont par ailleurs porteurs de risques s’ils sont utilisés sur des enfants ou des femmes enceintes. On vous dit ici tout ce que vous devez savoir sur ces sprays anti-moustiques afin de vous aider à choisir celui qui vous convient et bien l’utiliser.

Quand faut-il utiliser un spray anti-moustiques ?

Les sprays anti-moustiques s’avèrent très utiles et apportent une solution efficace contre leur prolifération dans les zones à climat tempéré, et par extension contre leurs piqûres, sources de rougeurs et démangeaisons. Cependant, c’est dans d’autres zones que leur utilisation devient indispensable : dans certaines régions chaudes du monde, il existe des espèces de moustiques, comme le moustique tigre, qui portent des maladies sérieuses, voire mortelles. Parmi les plus graves, il y a le zika, le chikungunya, et la dengue. Assurez-vous donc de vous munir d’un spray anti-moustiques efficace si vous prévoyez de visiter une région tropicale ou une autre zone à risque. Vous pouvez facilement vous renseigner sur ces zones sur notre site.

Quels sont les agents actifs des sprays anti-moustiques ?

La principale caractéristique des sprays répulsifs contre les moustiques est la substance active qui les compose. Les substances actives les plus communes ayant fait leurs preuves en laboratoire sont au nombre de six, dont cinq à appliquer sur la peau : deux d’entre elles sont des extraits naturels, trois sont des molécules de synthèse.

Les molécules de synthèse utilisées dans les répulsifs sont le DEET, l’IR 3535, et l’Icaridine. Le DEET est utilisé à des dosages allant de 30 à 50% dans les sprays destinés à être utilisés en zones tropicales ou à risque, comme le Bivectrol Tropiques 50% ou le Prébutix Zone Tropicale 30%. Il présente cependant les inconvénients de rendre les crèmes solaires moins efficaces, d’abîmer les plastiques et vernis, et d’être déconseillé pour les moins de 12 ans et les femmes enceintes à fort dosage. Comparativement, l’IR 3535, utilisé dans le Bivectrol Famille (20%), et dans les Cinq sur cinq Tropic (35%) et Tropic Famille (25%), est déconseillé pour les moins de 6 mois mais pas pour les femmes enceintes, et fait aussi preuve d’efficacité en zone tropicale. Enfin, l’Icaridine est une nouvelle venue qui a vite fait ses preuves dans les zones à risque, particulièrement contre le paludisme. Elle est cependant déconseillée aux moins de 30 mois. Elle est utilisée dans les sprays Insect Ecran Spécial Tropiques (25%) et Famille (20%).

Parmi les substances actives naturelles, les plus communes sont le PMD et les huiles essentielles. Le PMD est une molécule naturelle qui est extraite de l’eucalyptus citriodora, et le CDC (Centre pour le contrôle et la prévention des maladies), principale agence fédérale de protection de la santé publique aux États-Unis le recommande et reconnaît son efficacité, notamment contre les moustiques porteurs du virus du Nil occidental. Cependant, il n’est pas recommandé pour les femmes enceintes et les moins de 6 mois. Il est notamment employé dans les sprays Prébutix Naturals et Bivectrol Eucalyptus, avec des concentrations de 20 à 30%. Les huiles essentielles de citronnelle, de géranium, d’eucalyptus ou d’autres plantes peuvent être efficaces en zones tempérées, mais ne suffiront pas à vous protéger en zones à risque. Elles présentent néanmoins l’avantage d’être parfumées et plus agréables. Toutefois, elles sont déconseillées aux femmes enceintes et aux moins de 7 ans.

L’autre substance la plus commune est la perméthrine, insecticide synthétique dérivé de la pyréthrine, que l’on trouve naturellement dans le chrysanthème. Elle est utilisée dans les sprays sur les vêtements et moustiquaires.

Bien qu’elle ait été testée en laboratoire, leur efficacité varie. L’organisme américain Consumer Report recommande le DEET et l’Icaridine après avoir testé de nombreux produits à base de nombreuses molécules différentes, et le PMD est la substance naturelle la plus efficace selon le CDC.

Quel spray choisir ?

Si le DEET, l’Icaridine et le PMD sont les molécules les plus efficaces selon différents organismes, il faut tout de même prendre en compte les contre-indications relatives à chacune d’entre elles. Le DEET à 50%, l’Icaridine à 25% et le PMD à 30% vous protégeront dans les zones à risques, mais ne doivent pas être utilisées sur des enfants et femmes enceintes. Pour ceux-ci, il faudra soit utiliser des produits à dosages moins élevés, soit des produits à appliquer sur des textiles et moustiquaires plutôt que directement sur la peau. Si vous êtes en zone tempérée, vous pouvez aussi utiliser des produits réalisés à partir des substances actives mentionnées plus haut.

Comment utiliser son spray anti-moustique ?

Pour garantir l’efficacité de votre spray anti-moustique, il vous faudra l’appliquer sur votre peau ou sur vos vêtements plusieurs fois par jour, idéalement 3 fois, ou 2 fois sur les enfants et les femmes enceintes.

Veillez aussi à appliquer l’anti-moustique après avoir appliqué votre crème solaire (par ailleurs, utilisez une crème solaire plus forte qu’à l’accoutumée si vous utilisez un spray anti-moustiques à base de DEET pour compenser la perte d’efficacité que cette molécule engendre).

Évitez le contact des produits avec les yeux, les lèvres et les lésions sur la peau. Enfin, lisez bien la notice de votre produit pour tous les conseils d’utilisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *