Moustique > Se renseigner sur les moustiques > Quelles sont les maladies transmises par les moustiques ? > Dengue : symptômes, conséquences et traitement

Dengue : symptômes, conséquences et traitement

dengue

Parmi les maladies infectieuses dont le risque de propagation et de contagion est élevé dans plusieurs pays du monde, on retrouve la dengue. C’est une maladie virale encore connue sous le nom de grippe tropicale. Elle apparait chez l’humain à la suite d’une piqure de moustique Aedes. Afin de vous permettre d’accéder à des informations approfondies à ce propos, le présent article vous présentera les causes et le mode de transmission de la dengue. Suivront ensuite, un aperçu relatif aux symptômes de la dengue et des informations liées aux différents traitements permettant de soigner cette maladie. Son évolution dans le monde et les moyens de prévention et de lutte constitueront les ultimes parties de ce guide.

Causes et mode de transmission de la dengue

À l’instar de toutes les maladies virales, la dengue est causée par un virus. Puisque ce dernier est transmis par des insectes, il prend le nom d’arbovirus. L’arbovirus responsable de la dengue appartient à la famille des Flaviviridae. Sa transmission dans l’organisme humain est consécutive à une piqure de moustique Aedes. Il s’agit plus précisément ici d’une piqure de femelles infectées de l’espèce Aedes. Ces dernières sont généralement des Aedes aegypti et des Aedes albopictus. En dehors de la dengue, ces moustiques Aedes sont aussi des vecteurs d’autres maladies telles que le chikungunya, le virus Zika et la fièvre jaune. Avant que le moustique infecté ne transmette le virus de la dengue, il passe par une période d’incubation allant de 4 à 10 jours. Au terme de cette période, il devient capable de transmettre ce virus durant toute sa vie.

Un humain infecté peut également contaminer un moustique sain qui le pique. Ce même moustique pourra transmettre ensuite le virus de la dengue à toutes les personnes qu’il piquera. Un tel état de choses explique la prolifération rapide de cette maladie dans les zones tropicales et subtropicales où elle fait des ravages. Aussi convient-il de signaler que l’Aedes aegypti ne se nourrit pas à l’instar des autres moustiques. Très répandu dans les milieux urbains, il se nourrit en journée. Ses pics d’activité sont le matin de bonheur et le soir avant le crépuscule. Quant à l’Aedes albopictus encore appelé moustique tigre, il est capable de subir dans des conditions de froid extrême. Il peut s’hiberner et même s’abriter dans les microhabitats. Ceci explique en grande partie sa présence dans les régions les plus tempérées et les plus fraiches de l’Europe.

Puisque les moustiques responsables de la dengue peuvent aussi être à l’origine de plusieurs autres maladies du même ordre, il importe que nous explicitions les différents symptômes de la dengue. Une telle démarche permettra de la différencier la dengue d’autres maladies virales telles que le virus Zika et le chikungunya.

Les symptômes de la dengue

Plusieurs symptômes caractérisent les personnes atteintes de dengue et reconnues comme telles. On remarque en premier lieu à leur niveau une forte fièvre avec des pics de température pouvant atteindre les 40°C. À ce premier symptôme s’ajoutent des céphalées sévères et des douleurs rétro-orbitaires. On remarque également chez les personnes atteintes de dengue, des douleurs articulaires et musculaires ainsi que des nausées, des vomissements et des éruptions cutanées. La présence de ces symptômes couvre une période allant de 2 à 7 jours. Mais avant que le mal ne se déclenche et ne s’extériorise de cette façon, il passe par une période d’incubation qui s’étend sur 4 à 10. Cette incubation est consécutive à la piqure du moustique infecté qui est le principal vecteur de la dengue.

Comment diagnostiquer la dengue ?

Plusieurs techniques existent pour diagnostiquer la dengue. La première d’entre elles, c’est le diagnostic précoce. Il s’effectue par le biais de l’identification de l’antigène NS1. Ce dernier est une protéine du virus de la dengue que l’on détecte dans le sérum des personnes souffrant de ce mal dès les premiers signes de fièvre. Il existe aussi d’autres techniques beaucoup plus poussées, mais qui ne concernent que les laboratoires de recherches et les centres spécialisés. Ces examens biologiques portent le nom de cultures virales ou d’examens de type PCR. La forme bénigne de la dengue dont il est question ici est aussi appelée dengue classique par opposition à la forme grave qui prend le nom de dengue sévère.

La maladie peut dégénèrer en dengue sévère

Si on admet généralement que l’issue de la dengue n’est pas mortelle, il faut reconnaître qu’une telle possibilité existe si la maladie dégénère en dengue sévère. Elle est aussi appelée dengue hémorragique. Les causes de cette dernière sont diverses et variées. Il peut s’agir aussi bien d’une détresse respiratoire que d’une accumulation liquidienne ou d’une fuite plasmatique. Dans cette même catégorie, on retrouve les hémorragies profuses et les insuffisances organiques. Parmi les premiers symptômes qu’on remarque dans ce cas, on peut citer les douleurs abdominales sévères, les saignements des gencives, l’apparition de sang dans les vomissures et des vomissements persistants. Pour éviter que la dengue sévère ne débouche sur la mort du malade, il est recommandé que ce dernier suive un traitement médical adapté à son état de santé. Si des dispositions rapides et efficaces ne sont pas prises à ce niveau, il risque de trépasser après l’apparition des symptômes critiques précédemment énumérés. Pour vous aider à ce niveau, nous vous proposons des informations relatives aux différents traitements permettant de soigner la dengue.

Les différents traitements permettant de soigner la dengue

Le constat aujourd’hui à ce sujet est quelque peu alarmant. En effet, aucun traitement curatif spécifiquement dédié à la guérison de la dengue n’existe. Mieux, pour éviter les hémorragies, l’utilisation d’aspirine ou d’anti-inflammatoires non stéroïdiens est prohibée. À ce stade, seul un traitement symptomatique est recommandé. Il devra se focaliser spécifiquement sur la fièvre et sur la douleur ressentie par le patient atteint. Ces dispositions ne concernent que les personnes atteintes de la dengue sous sa forme bénigne.

En cas de dengue sévère, l’intervention de médecins et d’infirmiers expérimentés s’impose. Ces derniers doivent connaitre au bout des doigts les effets et l’évolution de ce mal afin d’offrir une prise en charge personnalisée et efficace aux patients qu’on leur confie. L’une des actions primordiales à réaliser dans le traitement de la dengue sévère, c’est le maintien des volumes liquidiens pour éviter toutes complications pouvant déboucher sur une mort certaine.

Toutefois, on ne peut occulter le fait qu’il existe des remèdes permettant de soigner naturellement la dengue. Le plus efficace d’entre eux, c’est le jus de feuilles de papayer. Outre ce remède, on peut citer d’autres remèdes naturels tels que le jus de goyave ou de poivron rouge, la consommation de fruits et légumes riches en vitamine C, le thé d’orge et une excellente hydratation.

Tout ceci permet de se rendre à l’évidence que la dengue peut bien être soignée. Les différents remèdes naturels qui existent le prouvent aisément.

L’évolution de la dengue dans le monde

Les travaux de recherche effectués pas l’Institut Pasteur et l’Organisation mondiale de la santé mieux connue sous le vocable OMS permettent d’affirmer que la dengue peut être classée parmi les maladies reémergentes. Ceci s’explique par le développement exponentiel que connait notre monde contemporain sur tous les plans. L’augmentation en flèche de la circulation des personnes et des biens fait partie des facteurs favorisant l’expansion de cette maladie vers de nouvelles zones géographiques. Toutefois, il convient de signaler que les épidémies de dengue se concentrent beaucoup plus dans les grands centres urbains. Les récentes épidémies de dengue ont permis d’établir le constat de la prolifération rapide des formes graves de dengue.

Elle sévit dans des zones telles que la zone intertropicale, l’océan Indien, le Pacifique Sud, les Antilles françaises et l’Amérique du sud. Des pays de l’Asie du Sud-est tels que la Thaïlande et la Chine ainsi que des contrées comme Tahiti, Moorea, la Polynésie française, la Martinique, la Guadeloupe, la Nouvelle-Calédonie et Cuba font partie des zones les plus touchées. Les zones tempérées n’échappent pas à cette expansion du virus de la dengue. De nombreux pays européens parmi lesquels on retrouve la France et le Portugal en ont fait les frais.

Les dernières données épidémiologiques mentionnent la présence de cas en Floride et dans la province du Yunnan en Chine. Des pays tels que le Honduras, le Costa Rica et le Mexique ont subi également les affres de cette maladie. Une augmentation des cas de malades de dengue a été également remarquée à Singapour, en Malaisie, aux iles Cook, aux Fidji et à Vanuatu. Cependant, ces données épidémiologiques publiées par l’OMS et étayées par les travaux de l’Institut Pasteur datent de 2014 et peuvent être sujettes à des actualisations dans les ans à venir.

Au regard de tout cela, on ne peut que réfléchir à trouver des moyens efficaces de prévention et de lutte contre la dengue afin de préserver la vie des paisibles populations.

Les moyens de prévention et de lutte contre la dengue

Pour lutter efficacement contre la dengue, deux moyens de prévention sont proposés à tous :

  • Le premier moyen, c’est le contrôle des moustiques vecteurs. Il doit être circonscrit aux zones concernées par les épidémies de dengue. Les personnes vivant dans ces zones devront nécessairement détruire ou assécher tous les gîtes ou abris susceptibles de constituer un environnement favorable à la prolifération des moustiques responsables de la dengue.
  • En ce qui concerne le deuxième moyen, il s’agit juste de la nécessité pour tous, d’avoir une protection individuelle afin d’éviter les piqures de moustiques. Ceci implique l’usage de répulsifs et le port de vêtements longs et amples.

Une des avancées notables dans la lutte contre la dengue s’avère l’apparition du premier vaccin. Mis au point par le laboratoire Sanofi Pasteur, il porte le nom de Dengvaxia (CYD-TDV). D’après l’OMS, les zones d’endémies doivent être priorisées dans l’utilisation de ce vaccin. Plusieurs autres vaccins sont en cours d’évaluation et de mise au point. Après des essais cliniques concluants, ils pourront être mis à la disposition des populations.

Au cas où vous remarqueriez quelque symptôme inquiétant, n’hésitez pas à consulter un médecin spécialisé afin d’être fixé sur votre cas.

Au terme de cet article sur la dengue, vous pouvez retenir que cette maladie, bien que résultant d’un virus transmis par un moustique, n’est pas contagieuse. Seul le moustique vecteur est capable de la transmettre. D’après l’OMS, elle contamine chaque année, près de 50 millions de personnes de par le monde et sévit en Europe depuis 2010. Toutefois, les récentes avancées liées à la recherche permettent de nourrir l’espoir d’une éradication totale de ce mal en cas de découverte d’un vaccin fiable en tous points.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *