Moustique > Se renseigner sur les moustiques > Les moustiques et leurs maladies par région dans le monde

Les moustiques et leurs maladies par région dans le monde

carte du monde

Les moustiques peuvent être porteurs de nombreuses maladies très dangereuses. Les voyageurs doivent prendre leurs précautions avant de visiter toute région du monde. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) publie de nombreux rapports à propos des moustiques et des précautions à prendre par rapport aux maladies que ces derniers peuvent transmettre. Si vous avez l’intention de voyager prochainement, cet article est fait pour vous, il vous permettra de prendre toutes les précautions nécessaires à la région dans laquelle vous comptez voyager.

Le guide du voyageur en X leçons

Leçon n°1 : bien connaître les dangers de sa destination

Suivant la région dans laquelle vous comptez voyager, les précautions à prendre sont différentes. En effet, si certaines maladies sont communes à la plupart des destinations et demanderont votre attention quel que soit votre choix, certaines précautions spécifiques sont à prendre suivant votre destination. Les maladies présentes et précautions à prendre sont listées ci-dessous.

Amérique du sud

L’Amérique du Sud a de nombreux paysages faisant rêver et nombreux sont les voyageurs ayant pour but de la visiter. Malgré tout des précautions sont à prendre. À l’instar de l’Afrique, les vaccins contre les hépatites, la rage et la typhoïde sont ou obligatoires ou conseillés suivant les conditions de votre voyage. En plus de cela, afin de voyager dans de nombreux pays sud américains, il vous faudra ajouter un vaccin contre la fièvre jaune au minimum 10 jours avant votre départ.

Amérique du nord

L’Amérique du Nord est l’une des régions les moins touchées par les maladies endémiques. Afin d’y voyager en toute sécurité, il vous sera simplement demandé d’avoir les vaccins inclus dans le calendrier vaccinal à jour. Ces dernières sont listées sur le site de l’institut Pasteur.

Amérique centrale & caraibes

L’Amérique centrale et les Caraïbes sont des régions qui font rêver la plupart des voyageurs. Malgré tout, les précautions à prendre avant de voyager dans cette région sont également importantes. Seul le vaccin contre l’hépatite A est obligatoire, mais suivant la région et les conditions de votre séjour sur place, il vous est fortement conseillé de prendre les précautions demandées afin de lutter face au paludisme. En effet, transmissibles toute l’année dans les zones rurales au dessous de 1500 mètres, le paludisme est loin d’avoir disparu d’Amérique centrale.

Afrique du nord

L’Afrique du Nord est également porteuse de maladies pour lesquelles vous devez vous vacciner. En effet, si le vaccin contre l’hépatite A est la seule injection obligatoire, il vous sera fortement conseillé d’ajouter des vaccins contre l’hépatite B, la rage ou la typhoïde en cas de séjour prolongé ou dans des conditions d’hygiène précaires.

Afrique de l’est

L’Afrique de l’Est est une région également très touchée par les maladies endémiques. Les vaccins cités ci-dessus vous seront également demandés, mais, suivant les modalités de votre séjour, la liste peut s’allonger. En effet, en cas de séjour prolongé en contact étroit avec la population locale ou en cas de période d’épidémie, il peut vous être demandé une injection supplémentaire afin de vous protéger contre la méningite à méningocoques.

Afrique centrale

Les condition pour voyager en Afrique centrale sont très proches de celles pour visiter l’Afrique australe. En effet, les vaccins demandés sont les mêmes, les précautions à prendre face au paludisme sont semblables, mais il vous pourra vous être demandé une vaccination supplémentaire. En effet, dans la plupart des pays de la région à partir, un vaccin contre la fièvre jaune vous sera obligatoire au minimum 10 jours avant votre départ.

Afrique australe

L’Afrique australe est une région particulièrement touchée par les maladies endémiques et pour laquelle les précautions à prendre son nombreuses. Si les vaccins contre l’hépatite A, l’hépatite B, la rage et la typhoïde sont obligatoires, le paludisme demande une attention toute particulière. Spécialement dangereux durant les saisons des pluies (octobre à mai), le paludisme présent vous obligera à suivre un traitement préventif (Chimioprophylaxie par Atovaquone/Proguanil, ou Doxycycline, ou Méfloquine) avant votre voyage. Sur place, des précautions devront être prises afin d’éviter les piqûres de moustiques et il est très important de noter de consulter un médecin le plus rapidement possible en cas d’apparition de fièvre.

Asie centrale

Comme toutes les régions pauvres de notre planète, l’Asie comporte de nombreuses zones à risque. Pour l’Asie centrale, par exemple, les vaccinations obligatoires sont les mêmes que pour l’Afrique. À cela, il pourra être bon d’ajouter un vaccin contre l’encéphalite japonaise suivant les conditions de votre voyage. En effet, en cas de séjour prolongé en zone rurale, le vaccin contre cette maladie virale vous sera obligatoire.

Asie de l’ouest

L’Asie de l’Ouest n’est pas en reste. En plus des vaccins obligatoires, les conditions de votre séjour peuvent vous forcer à vous faire vacciner contre l’encéphalite à tiques. Cette dernière, particulièrement dangereuse dans les zones rurales ou boisées de mois de 1500 mètres, devra faire l’objet d’un vaccin pour tous à parti d’un an.

Asie du nord est

Les pays de l’Asie du Nord-Est peuvent également avoir des demandes spécifiques. En effet, en plus des vaccins obligatoires, la Japon, par exemple, demandera un certificat de vaccination antiamarile pour toute personne provenant d’un pays où il y a un risque de fièvre jaune.

Asie du sud

De nombreux pays très pauvres composent l’Asie du Sud. En effet, comme pour un voyage dans la plupart des régions africaines, un séjour en Asie du Sud vous demandera de nombreux vaccins préalables. Hépatites, rage, thyroïde et traitements contre le paludisme. Aucun risque n’est accepté pour ces régions.

Asie du sud est et pacifique

L’Asie du Sud-Est et ses magnifiques plages attirent de plus en plus de voyageurs. Malgré tout, de nombreuses précautions sont à prendre en compte. Les vaccins contre les hépatites, la rage et la typhoïde peuvent vous être demandés suivant le pays, mais il vous faudra surtout bien suivre les instructions de lutte face au paludisme. Pour toutes les régions insulaires de moins de 600 mètres d’altitude, la prévention est de mise.

Océanie

L’Océanie est un continent généralement peu exposée aux maladies endémiques mais qui ne souhaite prendre aucun risque quant à l’arrivée potentielle de l’une d’entre elles. En effet, l’Australie, par exemple, demandera un certificat de vaccination antiamarile à toute personne provenant d’un pays où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune.

Europe de l’ouest

L’Europe de l’Ouest est une des régions les plus épargnés du globe. Ainsi, il vous sera demandé de suivre les vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal. Pour certaines zones rurales ou forestières, une injection contre l’encéphalite à tiques peut être demandée.

Europe de l’est

Si, dans l’ensemble, l’Europe de l’Est est une région épargnée par les maladies endémiques, certains pays y demandent une attention particulière sur certaines maladies. Pour toute personne souhaitant séjourner à long terme en Ukraine, par exemple, il sera demandé un vaccin contre la typhoïde.

De manière générale, il est très important de se renseigner précisément sur les conditions d’accueil de chaque pays avant d’y voyager. Les risques sont généralement connus et les précautions à prendre peuvent être nombreuses et ne doivent surtout pas être prises à la légère. Le site de l’institut Pasteur répertorie précisément les précautions à prendre avant de visiter un pays et se doit donc d’être votre compagnon lors de la préparation de votre voyage.

Leçon n°2 : Connaître les zones endémiques et les zones à risque de moustiques

D’après l’OMS, une maladie est dite « endémique » lorsque cette dernière atteint une population de manière généralisée et régulière sur un temps non négligeable. Pouvant concerner un quartier, une ville, une région voire même tout un pays, ces maladies peuvent faire l’objet de plans de lutte mais sont généralement difficiles à éradiquer dans leur région d’origine.
Les flux croissants de biens et de personnes dans notre société font que ces maladies endémiques peuvent facilement être exportées vers d’autres régions. Ces transferts peuvent être effectués par des voyageurs, mais ces maladies sont souvent également importées dans des zones non-endémiques par des moustiques voyageant dans des conteneurs de marchandises ou d’espèces animales. S’il est bon de rappeler que l’extrême majorité des maladies transmises par des moustiques est non-contagieuse pour les êtres humains, il est toujours bon de prendre ses précautions face à ces maladies.
Une zone à risque de moustiques et une zone dans laquelle des moustiques porteurs de maladies particulièrement virulentes vivent. Sans forcément être catégorisée comme endémique, c’est une zone dans laquelle de nombreux cas d’une maladie se sont manifestés et où les vecteurs de la maladie sont bien installés. Afin de visiter de telles régions, des précautions sont à prendre. En priorité, les voyageurs souhaitant s’y rendre doivent se faire vacciner en conséquence.

Leçon n°3 : Se faire vacciner avant son départ

La plupart des maladies transmises par les moustiques peuvent être combattues à l’aide de vaccins. Suivant la région dans laquelle vous comptez voyager, vous pourrez vous faire vacciner directement auprès de votre médecin traitant. Ce dernier, connaissant vos antécédents médicaux, sera très bien placé pour vous conseiller. Vous avez également la possibilité de vous tourner vers un centre de vaccinations internationales tel que le celui de AirFrance qui propose des bilans de santé, des examens médicaux ou encore des vaccins au voyageurs avant ou après leur déplacement.
Certaines maladies transmises par les moustiques ne disposent pas de vaccin. Afin de lutter face à ces dernières, il existe plusieurs solutions. Un traitement de prévention peut vous être fourni (comme les antipaludiques aidant à lutter contre le paludisme) et vous pouvez avoir accès facilement aux médicament et aux équipement nécessaires afin de minimiser les risques (répulsifs, insecticides, moustiquaires, etc.).

Leçon n°4 : voyager avec son animal de compagnie, quelles précautions prendre ?

Les moustiques sont impartiaux et égalitaires : ils ne font aucune différence dans le choix de leur repas. Que ce soient les enfants, les personnes âgées, les hommes ou les femmes, les moustiques peuvent attaquer tout le monde… Et même nos petits compagnons. Les précautions à prendre pour les animaux de compagnie sont nombreuses.
Il est impératif avant toute autre chose de prendre rendez-vous chez votre vétérinaire afin de vérifier l’état de santé de votre animal ainsi que ses vaccins. En effet, en plus d’un certificat de bonne santé signé par un vétérinaire agréé par la direction des services vétérinaires de votre région, vous devez mettre à jour le passeport de votre animal. Ce dernier faisant office de carnet de vaccinations de votre compagnon. Si certaines injections obligatoires pour des région spécifiques (leptospirose pour une voyage en Nouvelle-Zélande ou en Australie par exemple) sont à ajouter à votre liste, il vous sera également très important de penser à identifier votre animal par micro-puce afin de répertorier ce dernier dans le fichier national consultable dans le monde entier.

Leçon n°5 : où voyager afin de ne pas croiser de moustiques ?

Malgré toutes les précautions que vous allez prendre, il peut toujours y avoir un risque à voyager dans une zone à moustiques. Ainsi, vous pourrez préférer organiser votre voyage dans une région dans laquelle vous serez certain de ne croiser aucun moustique. Ces régions existent… Elles sont rares, mais elles existent !
Pourquoi ne pas organiser un voyage en Antarctique et profiter des paysages infinis que propose le pôle Sud ? En effet, en voyageant dans la zone la plus australe du globe, vous ne pourrez rencontrer que la « mouche de l’Antarctique », seul insecte capable de survivre aux conditions extrêmes du pôle. Cette dernière, vivant dans la glace, ne vous mordra pas et ne posera donc aucun problème aux voyageurs les plus courageux.
Autre région aux conditions trop difficile pour les moustiques : l’Islande. En effet, les scientifiques confirment que les compositions chimiques de l’eau et de la terre dans le pays insulaire font fuir les moustiques. Si l’augmentation exponentielle du tourisme en Islande risque de faire évoluer la situation, le pays reste à ce jour, l’une des très rares destinations idéales pour les voyageurs voulant éviter les moustiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *